Découverte de Tai O, village de pêcheur sur l’île de Lantau

18 septembre 2012

Je vous emmène aujourd’hui dans la ville de Tai O 大澳 sur l’île de Lantau dans les nouveaux territoires de Hong Kong à la découverte de nouvelles curiosités de la gastronomie cantonaise. Tai O que l’on surnomme parfois « la Venise de Hong Kong » est un haut lieu du tourisme à Hong Kong. À l’image d’autres villages autour de Hong Kong comme Lei Yue Mun, Tai O a su conserver son authenticité avec ses cabanes de pêcheurs sur pilotis, ses marchés, ses maisons atypiques, ses temples et bien sûr sa cuisine de rue. À Tai O, vous croiserez mêlés des villageois, des pêcheurs, des touristes mais aussi des hongkongais venus ici se balader, faire leurs emplettes ou juste partager un bon repas de poissons frais.

Tai O

Lorsque l’on arrive par le Bus à Tai O, on fait tout de suite face à la mer et aux nombreux bateaux de pêche, du chalutier à la petite bicoque à la dérive. Le village, très exposé, a beaucoup souffert des typhons ces derniers années notamment en 2000 où un incendie a réduit en cendres près de 100 cabanes de pêcheurs que l’on appelle ici Paang Uk ou 棚屋 en chinois. Aussi le village semble comme figé dans un temps. Un temps que les hongkongais semblent encore vouloir préserver.

En pénétrant dans Tai O, vous serez tout de suite saisis par une vive odeur de poisson pas forcément désagréable. Loin des nos ports de pêche français presque aseptisés, les poissons sont ici partout dans les rues, frétillants dans de grands bacs à même le sol, pendus en train de sécher sur la façade des maisons ou déjà sur le grill prêts à être dégustés.

Tai O

Tai O est, depuis le 8ème siècle, un important producteur de sel, comptant jusqu’à 30 hectares de marais salants. En 2000, un Musée du Sel a d’ailleurs été construit à l’entrée de la ville pour se souvenir de ce passé. Aujourd’hui, l’industrie est en déclin mais l’on peut encore se procurer du sel de Tai O dans les petites échoppes de la ville.

Tai O

Tai O

Tai O

Le sel de Tai O a permis à la ville de faire du poisson séché 鹹魚 sa véritable spécialité. Les hongkongais comme les chinois continentaux en raffolent et se déplacent exprès à Tai O pour en acheter souvent plus que de raison. On en trouve ici dans toutes les rues comme sur Shek Tsai Po Street 石仔埗, l’artère principale de la ville.

Il y a toute sorte de poissons séchés mais le plus répandu est le Laak Jyu勒鱼 un poisson équivalent au bar chez nous. Le poisson séché est très imprégné dans la culture populaire car il a longtemps été le plat des pauvres. Il existe par exemple une célèbre chanson du chanteur cantonais Georges Lam 林子祥 qui raconte que l’odeur du poisson salé reflète la vie difficile des pauvres. C’est sûr que l’odeur n’est pas toujours très agréable mais le poisson salé est délicieux à manger. Il existe de nombreuses recettes à base de poisson salé comme le Riz frit au poulet et au poisson salé, spécialité de Guangdong.

Mais à Tai O, on ne fait pas sécher que les poissons, il y a aussi les fruits de mer

Tai O

Exemple ici avec des huîtres en train de sécher au soleil que l’on appelle Hou Si 蠔豉. J’ai croisé également des couteaux, des pétoncles ou encore des ormeaux séchés. On déguste les huîtres séchées le plus souvent en soupe et on leurs prête des vertus thérapeutiques comme celle de guérir les problèmes digestifs.

Tai O

Nouvelle curiosité de la ville, les Jyu Tou 魚肚 que l’on pourrait traduire par Vessie de poisson. Il s’agit en réalité de l’organe qui permet au poisson de contrôler sa flottabilité dans l’eau en le remplissant plus ou moins d’air. De nouveau, cette fine membrane est séchée au soleil puis consommée sous forme de soupe. Elle est très riche en collagène. Elle est utilisée pour lutter contre le vieillissement de la peau.

Comme toujours en Chine, on mange intelligemment. Ces plats sont consommés davantage pour leurs qualités nutritionnelles ou thérapeutiques que pour leurs goûts. Quand on voit que les hongkongais ont l’espérance de vie la plus élevée au monde, on se dit que ça marche !

Tai O

Tai O

Il ne faut pas croire après ce que je viens de vous raconter mais à Tai O, il y a aussi du poisson et des coquillages frais ! Ils sont partout ! À peine péchés, ils se retrouvent encore fringants sur les étales.

Ici on ne vient pas acheter du poisson pour le ramener à la maison mais pour le manger sur place. Je m’explique. Vous choisissez chez un marchand vos poissons, coquillages et autres crevettes, vous payez puis rentrez dans un restaurant non loin de là pour demander à ce qu’il vous les prépare à votre convenance. Pas de panique si vous n’êtes pas accompagnés d’un connaisseur, ils ont l’habitude des touristes et ils vous aideront à faire votre choix.

Tai O

Les restaurants à Tai O ne payent pas de mine mais l’on y sert de la très bonne cuisine. Quelques conseils pour bien choisir : évitez les restaurants trop beaux et privilégiez ceux sans trop de touristes. Les recommandations des guides étant davantage motivées par l’adéquation des restaurants avec les standards occidentaux en terme de service et de cadre que par des questions de qualité de cuisine.

Tai O

Tai O

Voilà deux petits exemples de ce que j’ai pu y manger à savoir des Crevettes sautées à l’ail et un Poisson cuit à la vapeur sauce soja et ciboule. Tout était délicieux et d’une fraîcheur indiscutable. Les plats de viande et de légumes ne sont généralement pas chers du tout mais ceux de poissons le sont davantage. Comptez 10 euros environ pour ce plat de poisson bien charnu.

Tai O

Poursuivons notre balade dans les rues avec cette charmante dame qui propose des huîtres gratinées au fromage. Honnêtement je ne crois pas que ce soit vraiment traditionnel. C’est vrai qu’il y a, à Hong Kong, cette habitude de mettre du fromage sur à peu près tout. Sans doute le résultat de la fusion des cuisines cantonaises et occidentales.

Tai O

Un peu excentré, on retrouve le grand spécialiste du Gai Daan Zai 雞蛋仔, la gaufre aux œufs de Hong Kong dont je vous avais déjà parlé. Vous n’avez pas le choix, vous êtes obligé d’y goûter ! Prenez votre mal en patience car ce gars là à un succès fou et il y a toujours du monde. Son Gai Daan Zai cuit au feu de bois reste le meilleur que j’ai eu l’occasion de manger à ce jour.

Tai O

Autre spécialité, le Caa Gwo 茶粿, peut être plus connu écrit Cha Guo. Il s’agit d’un gâteau de riz gluant cuit à la vapeur. On le retrouve sous d’autres formes ailleurs comme à Taiwan. Celui-ci, typique de Hong Kong, dégageait une douce odeur et avait une texture particulièrement fine et agréable.

Tai O

Tai O

Tai O

Terminez votre balade à Tai O en vous rendant jusqu’au temple de Yeung Hau 楊侯 au bout de la ville. Vous pourrez vous prélasser tranquillement, digérer de tout ce que vous aurez goûté et admirer les magnifiques paysages de montagne.

J’espère vous avoir donné envie de visiter ce village de pêcheurs et surtout de vous y attarder un peu plus qu’un simple touriste en prenant le temps d’y découvrir toute la richesse culinaire que cette ville nous offre. Je vous invite à partager en commentaire vos souvenirs de voyage et vos expériences gastronomiques à Tai O 😉

Quelques adresses pour manger :

大澳炭燒雞蛋仔叔叔 au 59 Kat Hing Street pour retrouver le maître du Gai Daan Zai.
隱姑茶果 au 11A Wing On Street ou 茶果財 au 106 Shek Tsai Po Street, si vous souhaitez manger des desserts comme le Caa Gwo.
大澳餅店 sur Kat Hing Street pour manger de très bons beignets au sucre.
Le Tai O Crossing Boat Restaurant au 33 Kat Hing Street ou encore le 大澳蓮香酒家 au 52 de la même rue pour vous faire un bon plat de poisson frais.

Pour s’y rendre :

1ère solution (la moins chère) : Prendre le Métro MTR jusqu’à Tung Chung Station puis prendre le bus 11 jusqu’au terminus à Tai O (le trajet dure environ 50 minutes).

2ème solution (la plus sympa) : Prendre le Métro MTR jusqu’à Tung Chung Station, puis prendre le téléphérique de Ngong Ping Village (environ 25 minutes) et enfin prendre le bus 21 jusqu’au terminus jusqu’à Tai O (encore 20 minutes).

11 Comments

  1. Magnifiques photos ! c’est malin…maintenant je regrette de ne pas avoir goûté au « Gai Daan Zai » 🙁

    des bisous

  2. Nath' dit :

    Et moi je regrette d’avoir manqué Tai O !!! Il va falloir que je retourne à Hong Kong !!!

  3. Adeline dit :

    Hello,
    1er commentaire sur ton blog que l’on a découvert la semaine dernière!
    Il est vraiment top!!! On est français (de Lille) expatriés à HK depuis 1 mois maintenant, et ton blog est pour nous une bible.
    Aujourd’hui c’est samedi, et on part à Tai O. On te dit quoi à notre retour 😉
    Encore merci pour tous ces articles!!!

    • Hello !
      Je suis très content de vous compter parmi les lecteurs du blog. Vous en avez de la chance d’être expatriés à Hong Kong, le rêve ! Alors quelles sont les premières impressions après ce premier mois ? J’espère que votre passage à Tai O sera agréable. Ne surtout pas oublier d’aller manger des Gai Daan Zai ! Profitez bien de Hong Kong et à bientôt !!

  4. Adeline dit :

    Hello,
    Oh là là… 7 mois pour te répondre… Honte à moi, je n’ai aucune excuse en plus 🙁
    Nous sommes donc toujours à HK, et depuis nous sommes allés plusieurs fois à Tai O 🙂
    Les gaufres y sont délicieuses (nous ne manquons jamais d’en prendre une 😉 et c’est toujours un plaisir d’aller se balader là bas… Entre les gaufres de Tai O et celles de Jordan, nos avis divergent entre mon mari et moi 🙂 Je préfère celles de Jordan pour le goût (plus coco) même si je ne peux qu’aimer le côté plus artisanal de celles de Tai O. Mon mari est clair de son côté, Tai O, c’est les meilleures 🙂
    Je viens de voir ton article sur les cours de cuisine et sur le restaurant de Kiriyaki.
    On va essayer de tester ça prochainement, et cette fois c’est promis, je te tiendrai au courant 🙂
    Encore merci pour ce super blog…
    A bientôt 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *